Archives pour la catégorie Europe


La Grenouillère, Montreuil-sur-Mer

lagrenouillere


Au pays des grenouilles et de leur roi, Alexandre Gauthier

Les menus de la Grenouillère se compose de 9 ou 11 plats. Il est recommandé de jeûner le midi et de s’ouvrir l’appétit par une petite marche.

La salle et son environnement est un spectacle en soi. La cuisine (et son ballet de cuisiniers) n’est pas mal non plus.

P1010707

Ici, une pensée est en action, et cela se sent. Du toit à la table (tant l’objet que sa métaphore).

La cuisine est à l’avenant : tout à la fois conceptuelle (ou plutôt poétique) et physique (des produits regardés autrement, des assemblages radicaux, des gestes techniques qui déboulent jusqu’à votre assiette). Les fraises vertes aux algues ne plairont pas à toutes et tous, mais elles ont été pensées.

Parfois, la pensée s’égare (ou tout au moins elle ne se fait pas comprendre). Ainsi le melon-tourteau, mariage a priori prometteur, mais qui s’avère ne pas fonctionner. On conseillera un divorce, le melon portant de trop la culotte.  La réalisation est toujours parfaite, virtuose même dans le cas des cylindres de melon.

melon-crabe

Et pourquoi le melon-jambon, au fait ?

Cornichon grillé, tarama, estragon.
Haricots beurre, cabillaud (les haricots dressés en fagotin, cuisson mystérieuse, résultat hors du commun)

P1010713

Veau, végétaux marins

agneau

Pêche, gentiane.
Mûre, mélasse (les brindilles de ronce n’en sont pas)

fruits-rouges

bulleBulle du marais (Dessert inoubliable, poétique et technique, fulgurant.  Quelques feuilles et fleurs, de la crème et du sucre pour un instant de ferveur et d’excitation. Des années après, il est toujours vif en mémoire, quand son goût s’en sera allé.)

Et aussi du miel extrait de son rayon de cire, à presser en bouche.

Les plats sont agencés selon une progression vers plus d’intensité (et de malice, pour les desserts). Des minimalistes entrées, plutôt dans un esprit japonisant, vers le feu d’artifice de la bulle, un final très français. Et toujours un dressage élégant, qui semble simple, mais ne l’est pas.

Allez manger chez Alexandre Gauthier. Certainement vous y trouverez votre bulle car la magie du maître des lieux opère à coup sûr. Pour augmenter vos chances, prendre le menu de 11 services.

Biographie — Alexandre Gauthier, cuisinier, Ed. de la Martinière

En quittant le pays des grenouilles, ne pas manquer de se promener dans le  jardin fantasque où elles prennent du bon temps. Bien dans l’esprit du lieu, il met en scène une nature cultivée (mais non domestiquée).

P1010740

P1010734

Et de jeter un œil à leur maison-hutte. Discrètement.

huttes

En quittant Montreuil, faire une halte à Berck ou Fort-Mahon : marcher le long de la plage sans fin, en compagnie des travailleurs de la mer. Ceux-là sont à pied et courent après les crevettes.

Montreuil-sur-Mer    Montreuil-sur-Mer

Alors ? Pour goûter une cuisine de tête et de cœur, y courir les yeux fermés. Pour dormir, casser le cochon et prendre une hutte.

♥♥♥ / €€€€

http://www.lagrenouillere.fr
Rue de la Grenouillère
62170 La Madelaine-sous-Montreuil
Tél. +33 3 21 06 07 22

 


Montreuil-sur-Mer

La citadelle de Montreuil, la vallée de la Canche

Marcher : 1 h  / facile  / + 40 m
Manger : La Grenouillère


De La Grenouillère , si vous y êtes, chanceux mortels, suivre le chemin qui monte vers Montreuil à travers les près.

lamadelaine

Longer les remparts de la citadelle ou y pénétrer par un des escaliers aménagés dans les tours de guet.

Faire un tour dans Montreuil. Belles maisons picardes, quelques hôtels particuliers. Petite visite à l’église Saint Saulve et ses reliquaires du XVIIe.

montreuil-relique

Le samedi, faire le marché. Superbe fromagerie sur la place (Caseus). Essayer la rôtisserie de la Froggy’s Tavern, le bis d’Alexandre Gauthier.

Pour rentrer à la maison, clore la boucle le long de la Canche. Avec quelque chance, ce sera un jour de brouillard humide et enveloppant. Les chemins ne seront qu’une large ornière, les aulnes auront des têtes à faire peur.

lacanche    lacanche2

P1010727

Münster, Valais

De Münster au refuge Galmihornütte en raquettes

Marcher : 5 h  / facile (en été) à moyen (en hiver) / + 830 m
Manger : votre pique-nique


En hiver, se munir de raquettes, car certains passages sont raides, notamment le début du parcours, à l’orée de la forêt, derrière Münster.

raquette

Le sentier parcourt ensuite la forêt en quelques lacets rectilignes. Si aucun loup ne vous dévore, vous quitterez la compagnie des arbres  au passage des 2000 m. Dernière pente (physique) avant l’arrivée au refuge.

Galmihornutte

Depuis la Galmihornütte, magnifique panorama sur la vallée et les sommets des alpes lépontines. 2120 mètres, 2 °C, il est temps de sortir chips et saucisses sèches du Valais.

IMG_20140226_140454

Cacela Velha, Algarve

Dans la ria Formasa

Marcher : 1 h  / facile
Manger : Fábrica do Costa


Cacela Velha, joyau discret de la ria Formosa. À la pointe est de cette étendue de lagunes côtières, un village parfait : petit castel fortifié, micro-église, cimetière marin, une poignée de maisons.

Cacela-Velha

Derrière le fort, descendre sur la lagune et s’y perdre. Paysages côtiers à tomber le cul dans un trou d’eau.

P1010895

P1010899

Mais attention aux guerriers-crabes, qui auront tôt fait de vous grignoter les extrémités.

Cacela-Velha3

Revenir sur vos pas, passer devant l’église, et descendre l’escalier. Ici aussi c’est très très très beau.

Cacela-Velha4

Cacela-Velha2

Bibliographie : d’autres idées de  randonnées

 

Longer la côte jusqu’à Fàbrica. Une énorme propriété pourrit un peu l’ambiance en bord de plage, mais un gentil kiosque à bière sur le parking redonne du peps (1 € le demi). Barques au repos, pêcheurs à pied, oiseaux oisifs.

Fabrica2

Se finir à Fábrica do Costa avec un plat géant de poissons ou coquillages. Les familles nombreuses commanderont un plat pour trois.

(Et en quittant Cacela Velha, tous nous promettrons de ne pas nommer ce lieu unique en place publique.)

Venise, de Dorsoduro à Cannaregio

Le multimodal c’est facile

Marcher : 1 h 30
Manger : Anice Stellato ou Bea Vita


Après l’aperitivo au fondamenta Zattere Ai Gesuati (spritz Aperol ou Campari), prendre la ligne 5.1 en direction de la gare.

IMG_1069

Se placer côté droit du vaporetto.

P1000403

La ligne oblique dans un canal discret, où l’on peut constater les traces d’une activité non liée au tourisme.

P1000408

Descendre à un des arrêts Plazza Roma. Traverser, longer la gare, remonter la rio Lista di Spagna et ses commerces et restaurants hauts en couleur. Forte présence anglo-saxonne et germanique.

Campo San Geremia et ses souvenirs.

P1000418

Longer le fondamenta Cannaregio. S’engouffrer dans une ruelle en direction du ghetto, et c’est changer de ville. Adieu pizzas, pintes et porte-clés !

Entrer dans le ghetto par le ponte de Ghetto novo.

ponte-ghetto

En sortir en franchissant le rio della Misericordia. Sur votre gauche, l’osteria Bea Vita fait envie. Petites tables au bord du canal, gentil service, cuisine simple mais bien tournée, ambiance de quartier. Poursuivre avec un spritz par exemple, en dégustant la science du créneau des motoscafi venant garer leur engin en fin de journée.

cannaregio

A l’heure de la réservation chez  Anice Stellato, abandonner Bea Vita en se promettant d’y revenir.

Revenir par le même chemin ou improviser !

P1000417

Bibliographie lacunaire :
Fable de Venise, Hugo Pratt,
◊ Le commissaire Brunetti

Ginostra, Stromboli

À côté du volcan

Marcher : 2 h  / facile / 120 m
Manger : L’Incontro ou Nonna Assunta


Stromboli est une île rude. Mais le confort de Stromboli (la ville) peut avoir un effet émollient. Ginostra, bâtie sur une pente du volcan, en haut de falaises abruptes, sans les routes et les voiturettes électriques de sa voisine, donne un petit aperçu de la vie d’avant (malgré l’arrivée de l’électricité en 2004).

ginostra-port

Ici, heureux occupant d’une villa de luxe ou touriste décroissant, il te faudra marcher. Et du port (le plus petit d’Italie, dit-on ici) au village, tu devras gravir à pied une redoutable pente. Les possesseurs de valise à roulettes loueront les services d’un âne.

 

L’ascension sera récompensée par une halte à l’Incontro. Sa terrasse sur la mer, sa cuisine familiale, son maître d’hôtel polyglotte. Vue sur les îles éoliennes.

incontro

Après être monté, on pourra redescendre à la plage de Ginostra qui satisfera les partisans d’une baignade hygiénique. Nombreuses marches, plage de rochers, vagues hystériques. Certains enfants de Ginostra maîtrisent l’exercice de mise à l’eau. Les autres veilleront à ne pas se faire drosser à la terre.

ginostra-plage

Au retour de la plage, rituel de l’apéro devant l’église, après approvisionnement aux épiceries attenantes. Assistance bigarrée : touristes internationaux, Italiens du continent, hippies allemands d’un certain âge (l’histoire locale affirme que les premiers touristes  arrivèrent ici en 1969, de Florence et d’Allemagne). À la nuit tombée, silence. Une poignée d’habitants en hiver, quelques dizaines en été.

On se promènera assidûment dans Ginostra. Dédales de ruelles, maisons blanches, toits plats alimentant des réservoirs semi-enterrés, mini-jardins.

reservoir  capre

Au centre du village, un autre restaurant, Nonna Assunta. Bonne cuisine , belle terrasse dominant le toit bateau de l’église de Ginostra.

anno

potagerAu sud (dans la direction de Stromboli), autre plage minérale après une marche de 45 mn sur un sentier littoral traversant Ginostra puis folâtrant entre des villas isolées. Au nord, un sentier sort du village et permet d’atteindre le « chemin de feu » du Stromboli (sciara del fuoco).

 

En route, on croisera quelques potagers et des maisons que l’on aimerait restaurer puis habiter.

maison-ginostra

En se retournant, vue panoramique sur Ginostra et les flancs cultivés du Stromboli. Quelques vestiges d’agriculture en gradins (oliviers, vignes, figuiers, pêchers).

ginostra

Le chemin continue jusqu’à atteindre un point d’observation sur la face nord-ouest du volcan, où dévalent les coulées de lave. Des fumerolles rappellent que le Stromboli est un volcan actif.

volcan

Bibliographie :
◊ Ginostra
, Gianluca Giuffrè, en vente dans les épiceries de Ginostra.
Courrier international

 

 

La Bonne mère, Marseille

La meilleure pâte à pizza du monde !

Aérienne, souple mais croustillante. De la pâtisserie peuchère ! La dernière part, même froide, reste un plaisir. Garnitures classiques ou semi-classiques (tomate, pistou, mozzarella).

IMG_20150509_132119

Toute petite salle derrière la basilique (il faut réserver). Poursuivre par l’ascension du piton de la Bonne mère. Notez que la digestion ne dure pas toute la journée comme avec la production de la concurrence : les quelques marches ne seront pas un calvaire.

♥♥ / €

Bar à Pizza La Bonne Mère – 16 rue Fort du Sanctuaire, Marseille 6

To Thalassaki, Tinos

IMG_20140731_232555


Ne pas divulguer cette adresse

Au pied du village d’Isternia, au bord de la mer. Si le vent se lève, elle vous rafraîchira les pieds et nettoiera la terrasse.

Après un bain, petite crique et plage en demi-lune à portée de vue.

Pour dévorer des plats inspirés par les Cyclades mais libérés de la tradition. Des assemblages complexes, une riche palette d’ingrédients. Du poisson frais, à choisir grillé ou en bouillon. Au poids est donc cher, mais la carte offre de très belles alternatives. Par exemple :

◊ Salade d’artichauts grillés, oignons, amandes, carottes
IMG_2099

◊ Salade de morue, haricots, houmous, citron, poix chiches, olives
IMG_2100

◊ Calamars grillés, tomates, pomme de terre, citrons et ails confits, herbes aromatiques

Des desserts à hauteur du salé. Un verre de moschato (vin doux) de Limnos offert. Que dire de plus ? Dire à la chef votre émerveillement, sourire à l’équipe.

Accueil moderne, portions grecques comme il se doit (venir avec un bel appétit).

Alors ? Courir, voler jusqu’à Tinos, pour ses villages, ses paysages et To Thalassaki. D’avril à octobre.

♥♥♥ / €€€

Ormos Isternion, Tinos
Cyclades