Archives pour la catégorie France


Auberge des Tilleuls, Badefols d’Ans

Burger au canard gras

Fatigué du confit-pommes sarladaises ? Après deux semaines de cabécou et sa salade à l’huile de noix vous pensez que le Périgord est une terre plate ? L’auberge des Tilleuls et son « Mac Coin Coin » feront de la fin de vos vacances un sommet alpin. Imaginez un burger qui ne serait ni revisité, ni retravaillé par un(e) chef à étoiles.  Mais punkifié, quoique mâtiné de poésie locale : abondant effiloché de confit (de canard donc), épaisse tranche de trappe d’Échourgnac, bun joufflu et forêt de salade. Un costume brutaliste qui cache un cœur tendre, doux au gosier et léger sur l’estomac.

DSCF1689

Néanmoins, convient-il de prendre cet exubérant  Mac Coin Coin en direct, en rippant l’assiette de charcuterie ou les moules sauce foie gras  ? Probablement. Mais veillez à ce qu’un convive se sacrifie pour le menu du déjeuner, lequel ouvre ses larges portes par une soupe et son chabròl. Il se termine par un tonneau de framboises (par exemple). Entre les deux, crudités puis plat du jour. Pensé pour un travailleur de force, il est cédé pour le prix d’un ticket-restaurant des gens de la ville. Ah vraiment, le seul défaut de l’auberge des Tilleuls : ne pas proposer de chambre en demi-pension !

En été, on hésitera entre la terrasse côté village, avec sa tonnelle et ses conversations de village, ou celle dite des tilleuls, romantique à souhait. En hiver, la grande salle et son défilé de soupières. Toute l’année, accueil amical, service enjoué.

Avant de quitter le chef-lieu du pays de Cocagne, ne pas faire l’impasse sur trois visites :  l’église, ses enfeux et modillons ; l’imposant château-fort (privé, mais le parc est ouvert aux aventuriers), qui fera frisonner d’envie les enfants et digérer leur Mac Coin Coin aux grands ; la charcuterie,  pour son saucisson à l’ail et sa charcutière.

♥♥♥ / €
L’auberge des Tilleuls
24390 Badefols d’Ans
www.aubergedestilleuls.net

Bourdeilles

Noble dame et douce rivière

Dans la demeure seigneuriale renaissance de cette ancienne baronnie du Périgord, après avoir saluer les grotesques de crédences XVIe, s’installer dans le salon d’apparat, sous son exceptionnel plafond peint à la française. C’est ici que Brantôme courtisa sans succès la vertueuse Jacquette de Montbron, dame architecte du Périgord et de l’Angoulémois.

« Sur tous les Arts, elle ayma fort la Géométrie & Architecture, y estans très-experte & ingénieuse, comme elle a bien fait paroistre en ce superbe édifice & belle maison de Bourdeille, qu’elle fit batir de son invention et seule façon, qui est très-admirable. »

plafond

De Bourdeilles, on appréciera aussi son château médiéval (le donjon se grimpe), son vieux pont sur la Dronne, sur les berges de laquelle on pique-niquera les orteils au frais, son moulin et une chouette auberge (en saison, glaces et sorbets artisanaux), où locaux et gens de passage regardent la vie avancer à petits pas.

DSCF1554

Pour le prix de quelques centaines de canards gras ou de trois tracteurs, des maisons sont à vendre au centre-bourg. Elles attendent sereinement l’arrivée du prochain baron de Bourdeilles.

Hutong, Bordeaux

Singapour sur Garonne

Lassé du phở et des ramen ? Hutong vous tend les bras. Sa carte d’obédience singapourienne offre le syncrétisme le plus large qui soit, de la Chine à la Malaisie en passant par l’Inde,  le tout en micro-portions pousse-groumandise. Après la farandole des ravioli, brochettes et curry, ne pas bannir les desserts, qui font mieux que se défendre. Service amicale, terrasse ombragée sur la place, les étudiants de la Victoire ont bien de la chance…

IMG_20160408_123347

♥♥ / €
Hutong
1, place du Général-Sarrail
Bordeaux
hutongstreetfood.weebly.com

CheZ Aline, Paris

Le sandwich postmoderne

Les lecteurs attentifs de marchermanger se souviennent du lampredotto (Florence). Les mêmes pourront satisfaire leur penchant pour l’exotisme et les abats tout en modérant leur empreinte carbone avec le sandwich à la langue de veau de CheZ Aline (Paris). Richement enrobée de sauce gribiche et de choux façon pickles, la langue font en bouche, dans une baguette de compèt version XL.

 zaline2

Les garçons tripiers de passage apprécieront. Pour les autres, des variantes tout aussi  décadentes sont disponibles (escalope milanaise, pot-au-feu de poulet).

♥♥ / €

85 rue de la Roquette
75011 Paris

Les Halles de Lyon

Le temple des gastronomes

Ici, pour être respecté, tout stand de charcuterie se doit d’occuper ses 100 m2. Les linéaires de poissonnerie sont longs comme un jour sans brioche aux pralines. Et des armées de sabodets gardent le tout. Le Lyonnais ayant toujours faim, la quasi-totalité de l’offre peut être dévorée dans l’instant, assis ou au comptoir.

Halles_Lyon

L’étranger de passage prendra garde à ne pas succomber à une souche locale du syndrome de Stendhal :  s’envoyer un plateau chez l’écailler tout en lorgnant sur le saucisson pistaché d’en face. Trop d’appétit donne le tournis. Et il tirera grand profit à lire les œuvres complètes de la mère Brazier, qui établissent le fond de sauce théorique de ce doux délire.

Les secrets de la mère Brazier, Roger Moreau ; avec la collaboration de Roger Garnier et Jacotte Brazier. Solar (1977, réimp. 2009)

102 cours Lafayette
69003 Lyon
http://www.halles-de-lyon-paulbocuse.com/

Salt, Paris

Salt

Un énième restaurant tendance onzième ? Que nenni ! Chez Salt, dès le vernis de bon élève décapé (déco à carreaux, cuisine ouverte), se dévoile un esprit de mauvais garçon : le chef balance des produits repoussoir (la betterave), tranche des têtes de cabillaud version XL  dans les assiettes et ne sucre pas ses desserts.

Et c’est réussi : joli dressage, mariage de produits bien arrangé, dans un syncrétisme Paris-Copenhague-Tokyo parfaitement digéré.

betterave crapaudine-boudin noir      porc-concombre

tarama-fenouil      levain-chataigne   

  • Salade de betterave crapaudine et boudin noir
  • Tarama maison, œuf mollet, fenouil glacé
  • Ventrèche et tête de porc, sauce verte, concombre mariné
  • Glace au levain, châtaigne, crumble de graines de lin

Le soir, l’addition est rock’n’roll, mais ce mauvais moment est vite oublié.

♥♥ / €€€

6 rue Rochebrune
75011 Paris
http://www.salt-restaurant.com/